*** chargement en cours ***
43%43%43%43% 43%

Vous êtes autorisez à effectuer des recherches sur le serveur.

Toutes les transcriptions et requêtes seront conversés sur le SSD principal.



20171210

344) Dossier/userdata/time20171210/name.dir: Hiver 0Kb
ENTER
Salut

On est lundi 4, le rythme de la semaine reprend son cours, l’hiver semble avoir déjà repris ses droits avant l’heure. Dans cette nouvelle maison, on ne peut pas dire que le chauffage est top, la chaudière est vieille, et les radiateurs sont mal proportionnés…
Il ne reste que 15 jours de travail avant les petites vacances, c’était un lundi sous le brouillard, qui n’est pas parti de la journée. Un lundi après un weekend neigeux, un lundi frais durant lequel la prudence était de mise. Un sol encore un peu enneigé, dans la brume et la nuit, l’hiver est arrivé bien top cette année. 

Le couvreur est enfin passé mardi, rien de trop grave en fait, juste quelques ardoises qui étaient parties, mais bon il faudra quand même réparer les dégâts que cela a engendrés.

Ce sera un article assez long, on m’a demandé pourquoi je mettais de la musique dans mes articles maintenant. C’est juste que ca me permets de faire passer autrement mon univers à travers mes goûts, c’est quelque chose qui me passionne et qui m’a permis parfois de ressentir de réelles émotions. C’est un langage que je maîtrise plus facilement que tous les autres dialectes humains. C’est une forme d’art qui me correspond assez bien. La musique présente sur le blog me caractérise assez bien, je n’ai pas vraiment de style de prédilection. C’est du feeling, parfois je me suis même demandé si les artistes ou groupes que j’écoutais n’avaient pas eux aussi un léger dysfonctionnement mental à l’intérieur de leur cerveau.
Bref pour répondre à la question, j’ai décidé de consacrer mon temps à des choses plus utiles dans ma vie à long terme que de multiples jeux qui ne dureront pas très longtemps, je finirai par m’en lasser et passer à autre chose. J’avais besoin d’étoffer ma playlist musicale pour mes trajets en voiture, y mettre tous mes titres préférés (les meilleurs) et découvrir ce que j’avais pu manquer ou passer à côté. C’est mon passe-temps du moment ça me permet de me reconnecter avec moi-même. Voir si ce que j’écoutais il y a 10 ou 15 ans me fait toujours ressentir les mêmes choses, c’est difficile à expliquer pourquoi en fait, c’est juste que je m’y suis mis maintenant et c’est un peu prés tout. 
  
Une musique est plus parlante qu’une petite image illustratrice prise sur le net, je pense. Ça en dit plus long.

Si l’argent n’était pas une nécessité absolue dans le monde actuel, j’aurais surement exploré d’autres façons d’occuper ma vie. Je n’aurais pas obligatoirement choisi de travailler rapidement dans le domaine que j’ai choisi. Je ne suis pas malheureux dans ma vie de tous les jours, c’est un compromis de travailler, de devoir avoir un job pour avoir assez d’argent pour vivre aisément et se faire plaisir à côté. Je ne me plains pas, car je sais que parfois ça peut être pire, mais trouver un bon boulot n’est pas une chose aisée, et parfois ça ne le reste pas ad vitam aeternam. Un jour tout bascule et aller au travail, se lever pour devoir faire ses heures de travail et rentrer chez soi peut devenir très pénible. Et il y a des choix à faire. 

Si j’avais pu échapper à tout ça et je ne sais pas si à l’heure actuelle beaucoup de personnes peuvent jouir de ce privilège. J’aurais aimé travailler sur mes passions, peut être pas dans la musique, car c’est grandement difficile de pourvoir tout gérer à la fois, c’est quelque chose qui impliquerait l’addition et l’intrusion d’autre personne dans ce projet. J’aurais vu quelque chose de plus graphique, ça m’aurait amusé d’explorer le monde de la peinture, c’est un médium complexe qui à l’air intéressant à traverser. Je ne sais pas vraiment si j’aurais été doué dans l’art, mais je pense que ça aurait été excitant d’essayer d’exprimer des choses par ce biais. J’aurais surement aussi passé une partie de mon temps à écrire, à essayer de peaufiner mon style, écrire une histoire ne parait pas si complexe, après il faut qu’elle soit bonne. Le plus difficile est d’arriver à transmettre parfaitement le message qu’on essaye de faire transparaître, c’est le plus compliqué. De rendre les phrases simples et harmonieuses, peu importe si j’avais eu le talent ou les relations. Si l’argent n’entrait pas en compte j’aurais voulu vivre pour cela, mais comme on ne peut pas vivre de cela. J’ai dû faire autre chose.


Ça me rend heureux de pouvoir contribuer à ce quelqu’un puisse vivre comme cela avec le moins de contraintes possible. Ce n’est pas toujours simple de combiner ses propres envies avec celles des autres, mélanger sa propre vision avec une autre. C’est un équilibre savant pour améliorer le bonheur de l’un sans trop faire sombrer le sien. Ça ne peut fonctionner si ça rend un des deux malheureux. C’est une contrainte à gérer en plus.



Aujourd’hui, le titre du jour est un titre d’un groupe prééminent de la scène underground Rock des années 90. C’est un groupe qui a toujours essayé de repousser plus loin ses limites, tenté de rechercher ses forces et ses faiblesses à travers leur instrument. Parfois en produisant de superbes compositions musicales, mais parfois en ne faisant que l’inverse, en se rendant trop prolifique. Si c’était de bons musiciens, il n’y avait pas vraiment de chanteur au sein du groupe, donc ce point peut en rebuter plus d’un. C’est un titre Pop/Rock assez mélodieux des années 2000.


20171203

Jour337) Dossier/userdata/time20171203/name.dir: Fuite 0Kb
ENTER
Salut


J’ai raté ma dernière séance d’écriture, je voulais sortir cet article mercredi. Mais la fatigue a fait que je me suis couché trop tôt pour le sortir. Cette semaine a été l’archétype de la semaine de merde ! J’ai découvert une fuite dans la toiture qui a commencé à inonder en partie une de mes pièces. Le placo est foutu et l’isolant derrière surement aussi…

Le lendemain, direction le véto et une nuit mouvementé à dormir dans le salon pour surveiller l’animal en stress… Quelques heures de sommeil et retour au travail tôt pour récupérer le temps passé pour aller chez le vétérinaire. Le soir, je me suis couché très tôt, je suis tombé de fatigue assez rapidement, pour essayer de récupérer ce manque de sommeil du début de semaine.

J’attends encore que le couvreur passe voir et détermine l’origine de la fuite pour remédier temporairement à la fuite, dans un premier temps. Les fortes pluies sont un peu passées, mais il ne faut pas laisser trainer trop les choses pour éviter que les dégâts ne s’empirent…

Mais tout va bien, 


Je n’ai pas vraiment eu d’adolescence. Ou en fait de crise d’adolescence. Je ne me suis jamais reconnu parmi les autres donc je pense que ne pas suivre le cycle classique était plutôt logique. J’étais déjà à l’intérieur de mon propre monde, quand j’ai voulu avoir mon indépendance. Je me suis donné les moyens de l’avoir.

Je ne sais pas, je ne me rappelle pas de quoi je rêvais pour ma vie future. Surement rien, j’étais le genre de gosse à jouer seul dans la forêt, à construire tout un tas de choses, a m’imaginer des scénarios. J’aimais découvrir de nouvelles choses, trouvé un truc inédit…

Je me suis mis à rentrer dans le style de vie active classique, car pour avoir de l’argent, il faut travailler.



Cette fois-ci c’est une chanson de Dillinger Escape Plan, un groupe atypique de Metal Hardcore très technique, influencé par de nombreux styles. Avec Mouth of Ghosts, le groupe pioche son inspiration dans la musique industrielle et incorpore du piano sur ce titre.


Our trust runs out tonight
Everything we said dissolves
And now we say our last goodbye
Nothing to resolve
I never imagined you'd turn into this
But then the end was always close
We could feel it all along
Don't you know where
We could hide the lies
You were a mouth without a heart
An action without meaning
And you walk afraid
Reaching for the hands that turned closed

20171122

Jour326) Dossier/userdata/time20171122/name.dir: La vie suit son cours 0Kb
ENTER
Salut


J’ai mis un peu de temps à écrire depuis la dernière fois, je n’ai pas toujours le réflexe de savoir quoi écrire. Dans un peu plus d’un mois, on sera presque arrivé aux vacances de fin d’année. Cette année est passée encore super vite. J’ai parfois l’impression de perdre la notion du temps. Par exemple dernièrement j’ai cru posséder ma voiture depuis un peu près trois ans alors que c’était déjà depuis plus de quatre ans.
J’ai parfois du  mal à être sûr de savoir depuis quand je suis devenu propriétaire et que j’ai déménagé. Un ou deux ans font une grande différence, mais j’ai parfois l’impression que les choses sont plus anciennes et plus récentes qu’elles ne le sont réellement. Ça ne me le fait pas pour tout, il m’arrive d’être vraiment certain pour les choses importantes qui restent des événements bien gravés dans ma mémoire à long terme.

Pour parler de ma vie personnelle, je suis content d’avoir réussi à rendre en image ce que j’avais imaginé dans ma tête un peu plus tôt. Ce n’est pas toujours le cas que le résultat soit assez acceptable, et c’est souvent l’inverse. Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre, mais j’ai souvent l’envie de progresser rapidement, de me donner les moyens d’être performant et bon dans les choses que j’entreprends. Je ne peux pas être médiocre et m’en contenter, ce n’est pas dans mon caractère. J’ai toujours besoin d’aller vers mes limites, de comprendre vite. Parfois, les résultats font mouche, parfois je fais un peu de la merde, mais me permettent de voir aussi que j’emprunte une mauvaise route et rebondir ailleurs.

C’était le cas dernièrement, j’ai du coup beaucoup plus envie de voir le résultat final après post-traitement. Et j’aimerais avoir plus souvent de bonnes idées et m’en rendre compte avant de passer au point de vue réel si la chose est réalisable de manière correcte ou pas.

J’avais une libido plutôt calme, ces 3 ou 4 derniers mois, pas le bon timing. Ou pas d’envie réelle, je ne connais pas vraiment les causes de ces fluctuations. Mais là, j’ai l’impression que les tendances s’inversent.  


J’ai encore décidé de finir en musique, c’est aussi une façon de me connaitre, car la musique est pour moi un art primordial source de profondes émotions.
Difficile de décrire la musique d’Alcest, c’est un mélange de Pop, de Post-Rock, de Black Metal. Je ne sais pas s’il existe un groupe similaire à Alcest, c’est presque instrumental. La voix est assez fondue au milieu des instruments, il y a une très belle harmonie, des changements de rythme et une structure assez complexe dans leur musique.


Après, on aime ou on n’aime pas ! Les influences Black Metal peuvent en rebuter plus d’un, bien avant l’écoute.


20171112

Jour316) Dossier/userdata/time20171112/name.dir: Coupable ou Innocent 0Kb
ENTER
Salut

J’ai l’impression ces derniers temps que dès qu’il arrive un truc, en France ou ailleurs. Une tuerie, un acte incompréhensible. C’est soit la faute d’un terroriste ou soit celle d’une personne ayant un passé psychologique instable. Parfois, c’est même les deux à la fois. La plupart du temps, probablement à cause du secret médical on ne connait même pas la nature de son profil psychologique…

Dépressif, stressé, souffrant de TOC… Peu importe, pas besoin de savoir, le raccourci du perturbé psychologiquement suffit à faire passer les gens pour fou. Où est vraiment le danger ? Stigmatiser les personnes et les réduire à leur maladie mentale. La maladie mentale réelle ou présumée permet-elle d’échapper à la responsabilité de ses actes ?

La vérité a souvent plusieurs facettes, suivant l’endroit où l’on se trouve le regard sur les choses n’est souvent pas le même. Nos expériences jouent aussi un rôle sur le ressenti de ce que l’on croit voir.

Un feu d’artifice n’aura pas le même impact si l’on se situe à 10 mètres ou 110 mètres de celui-ci. Mais qui des deux sera le mieux placé pour décrire avec véracité comment c’est réellement passé ce feu d’artifice ? Faire des amalgames, ne mène jamais à rien de bon. Un arbre est un arbre, mais le peuplier n’est pas un noisetier.

Peu importe, on ne peut pas résumer un individu à sa maladie ou son handicap, et je ne vois pas être résumé par cela. Je ne suis pas un critère, une statistique sans nom. Je suis comme je suis, mais je ne suis pas un handicapé mental. Je ne sors pas souvent de chez moi, je déteste le contact avec des inconnus, je ne sors pas faire la fête avec des amis le weekend ou en semaine, je n’ai presque pas de vie sociale. Si un jour, je devais commettre un délit grave pour quelconques raisons. Je ne veux pas que mon caractère et ma façon de fonctionner dans ce monde fassent de moi le type bizarre qui a agi comme ça parce qu’il était fou.

C’est la solution de faciliter pour rassurer les gens, leur faire croire qu’il ne faut pas être normal pour faire ça. On en revient aux derniers présumés terroristes qui de plus en plus sont des personnes soit manipulables et psychologiquement très faibles ou soit des individus ayant un passé psychiatrique. Comme pour cacher une vérité derrière ce terrorisme de masse…

La maladie et les troubles mentaux sont un peu la nouvelle homophobie, et parler de ses problèmes psychologiques en société n’est toujours pas d’actualité à l’heure actuelle.



20171108

Jour312) Dossier/userdata/time20171108/name.dir: 5 0Kb
ENTER
Salut

Il y a peu, je me suis demandé comment serait ma vie dans 5 ans. C’est à la fois loin, mais aussi relativement proche. Plus ça va et plus les années défilent devant mes yeux à une vitesse folle. Je ne pense pas avoir grandement changé au niveau caractère durant ce temps, j’aurais 40 ans, mais je ne pense être différent de quand j’en avais 30 sur plusieurs aspects. J’aurais peut être progressé dans certains domaines, mais je serais toujours le même type renfermé et solitaire au fond de moi.

Je n’aurais pas vraiment imaginé être propriétaire de ma maison, avoir un boulot stable, être reconnu pour mon travail dans un environnement agréable. Je sortais à peine de plusieurs années pas faciles à gérer grosses périodes de chômages multiples, maladie et stress chronique (alors que je n’avais jamais ressenti le moindre vrai stress auparavant).

Comme je le disais plus haut parfois 5 ans, ça parait très court, mais la vie peut prendre des tournures bien différentes durant tout ce temps. J’aimerais encore être bien maitre de mon avenir, sans problème de santé. Ne pas avoir perdu trop de cheveux, être un peu plus « musclé » que maintenant. C’est assez difficile de s’imaginer dans 5 ans en fait, surtout que je n’ai jamais vraiment d’envies en particulier. Je me vois surement encore avec la barbe, je ne sais pas par contre si elle aura commencé à grisonner un peu mais on verra bien. J’aimerais aussi avoir commencé mon grand projet de tatouage.


Je me vois toujours au même endroit, sans grand changement en fait bizarrement, cette situation me convient assez fortement pour le moment.  


20171105

Jour309) Dossier/userdata/time20171105/name.dir: PILE_Ou_face 0Kb
ENTER
Salut

Il y a des semaines qui se terminent plus mal qu’elles avaient commencé. C’était un peu une semaine particulière, à cheval entre deux mois, coupés par un jour férié qui l’a rendue à l’image d’une pièce de monnaie, à double face.

Cette fin de semaine s’est déroulée un peu comme un rappel à l’ordre. Les responsabilités et le poids de veiller à ce que tout soit bien géré, est souvent lourd et n’est pas réellement dans ma nature. Je sais que je ne sais pas gérer cette pression quand elle devient trop forte. Rien n’arrive par hasard, on n’échappe pas au destin s’il doit arriver.

Je réalise que c’est toujours assez difficile d’exprimer ce que l’on ressent. Plus difficile que la première fois. Je ne sais pas ça à l’air moins abstrait, presque comme un interrogatoire. Je suis peut-être réticent au fond, pas vraiment motivé à avancer, à sortir de mon terrier. Je ne sais pas si j’ai régressé, il est difficile de posséder le recul sur son propre état ou comportement.

Avec cela je perds presque ma protection, même pas presque en fait c’est complètement. Je ne connais pas vraiment l’univers global du trouble de la personnalité schizoïde, de ce que des personnes ont pu tirer de leurs essais et recherches. Mais je sais que je possède une vision très égoïste de la vie. Comme si j’étais un peu le seul personnage réel de cet univers, que tout le reste n’est que du pixel, du contenu interactif différent de moi. C’est presque difficile pour moi de concevoir que je puisse partager ce que je vis avec une autre personne réelle.

Je suis comme dans un jeu vidéo, mais conscient que ce n’en est pas vraiment un, je sais où est la réalité, mais mon univers est très centré sur moi. J’ai longtemps été un être solitaire qui n’éprouvait pas vraiment d’attache par rapport aux autres. Mon univers est plutôt perturbé depuis que j’éprouve une connexion très forte avec un autre être vivant. C’est une sensation qui est arrivée sans que je m’en rende compte.

C’est peut-être aussi la manière dont elle a commencé, qui a rendu cela possible, comme une faille dans mon programme.

Ça n’avait été que quelque chose de virtuel, des écrits, des sigles sans son ni image, sans passé ni avenir, un échange dans un monde différent de la vie courante. Elle a évolué à tous les niveaux, devenant la clé qui me manquait pour fermer ou ouvrir certaines portes. Personne ne s’est jamais immiscé si profondément à l’intérieur de ma bulle, cette zone de confort qui me permet de garder une barrière protectrice de mon intimité.

Je ne sais jamais ce que je vais écrire, comme je les déjà dis, c’est surement décousu. Mais il me faut du temps pour être en confiance, pour me sentir chez moi avant de dévoiler vraiment une partie de mon code source.





20171101

Jour305) Dossier/userdata/time20171101/name.dir: Convergence 0Kb
ENTER
Salut

J’ai toujours autant de mal à savoir par quoi commencer, c’est toujours plus simple de parler à soi-même. Parler potentiellement à une autre personne même par l’intermédiaire d’un blog est une autre chose. Toutes les choses qui me passent par la tête ne sont pas souvent intéressantes.

Aujourd’hui, c’est un jour férié, une journée différente, loin de la routine fatigante de la semaine. Ça fait du bien de pouvoir profiter de ces instants de la journée en pleine semaine. On en a d’ailleurs profité pour faire un peu de sport en duo, c’est plus stimulant et moins dur que de le faire à 6 heures du mat’.

Ça ne doit pas être simple de vivre avec une personne secrète, peu enclin à partager. C’est quelque chose que je ne fais pas de manière délibérée, c’est dans ma nature. Je ne sais jamais quoi dire, parfois à quel moment placer des phrases. Il arrive souvent que j’oubli, des choses anodines ou pas, il suffit que je pense ou que j’accomplisse d’autres choses plus intéressantes.

C’est une des facettes de ma personnalité, de manière de fonctionner, de ce qu’on peut appeler un trouble ou maladie mentale. Une parmi d’autres, que j’essaie parfois de contrer et d’améliorer. Pour le bien de tous, car je ne suis pas doit pas être qu’un individu solitaire. C’est facile de vivre seul pour ma part, j’ai toujours vécu seul toute ma vie. Mais après avoir rencontré une autre personne unique, s’inquiéter pour elle plus que pour moi, ça a fait changer des choses en moi, une façon de voir différemment les choses.



Je vous quitte ce soir en vous laissant en musique, avec le nouveau single du groupe Converge. Un groupe extrême aux consonances Metal, Hardcore, capable d’explorer de multiple univers et constamment en train de se renouveler. Un titre sympa, assez pop pour le groupe avec quelques sonorités proche de Neurosis…